Le Procédé Float

Au cœur même de l'industrie mondiale du verre se trouve le procédé float - inventé par Sir Alastair Pilkington en 1959 – permettant la fabrication du verre transparent ou coloré ainsi que du verre à couche destiné aux bâtiments, de même que du verre transparent et coloré destiné aux véhicules. Le procédé, permettant à l'origine de ne fabriquer un verre que d'une épaisseur de 6 mm, autorise maintenant la fabrication d'un verre pouvant avoir une finesse de 0,4 mm et une épaisseur allant jusqu'à 25 mm. Le verre en fusion, à une température avoisinant les 1000º Celsius, est versé de manière continue depuis un four pour se répandre sur un bain peu profond fait d'étain fondu. Le verre flotte sur l'étain, s'étale et forme une surface parfaitement plane. L'épaisseur est contrôlée grâce à la vitesse à laquelle la feuille ou ruban de verre se solidifiant est retiré du bain. Après recuisson (refroidissement commandé), le verre apparaît pour prendre l'apparence d'un produit poli au 'feu' présentant des faces quasiment parallèles.

Environ 260 usines appliquant le procédé float fonctionnent, sont en phase de construction ou sont prévues à travers le monde. Une usine appliquant ce procédé, fonctionne sans interruption sur 11 à 15 ans et produit par année environ 6000 kilomètres de verre ayant des épaisseurs allant de 0,4 mm à 25 mm.